La #LoveMoney pour votre entreprise

Comment utilisez la love money pour financer votre entreprise ? C’est le sujet que nous avons aborder lors de la 8e édition des casse-croûtes de Cédric.

Vendredi 29 avril, j’ai reçu Floriane Clausier de StartingList qui est spécialisée dans le financement des entreprises. StartingList aide les entrepreneurs à mobiliser des financements pour réaliser leurs projets.

Avec un accès assez difficile pour les entrepreneurs d’accéder aux crédit bancaires, les entrepreneurs ont besoin de nouvelles sources de financement pour devenir des futurs employeurs et impulser leurs business.

En 2015, Les levées de fonds entre 1 et 5 millions d’euros ont été les plus courantes en France avec 54 transactions réalisées sur les 116 analysées par tech.eu ce qui représente 52% de toutes les levées de fonds de l’année en France.

77% des startups françaises ont levée moins de 5 millions d’euros en France en 2015.

  • Blablacar à levée 182 millions d’euros,
  • Scality 40 millions;
  • et Vestiaire Collective 33 millions.

 

Levée de fonds :
Comment financer sa boite ?

Dans cette vidéo vous allez découvrir :

  • Qu’est ce qu’une levée de fonds ?
  • Qui peut levée des fonds en France ?
  • Qu’elles sont les erreurs les plus courantes que nous devons éviter ?
  • Qu’est ce que la Love Money et elle finance quoi ?
  • Comment bien préparer sa campagne de Love Money, les points les plus important ?
  • Quelles sont les sources de financement des entreprises ?

Les sources qui ont été cité lors du live :

 

 

 

Qui est Floriane Clausier ? l’interview de l’invité :

Floriane-ClausierBonjour Floriane, pourrais-tu te présenter et nous partager ton parcours entrepreneurial ?

Je suis la fondatrice de StartingList qui accompagne les porteurs de projets et entrepreneurs en amorçage dans leur recherche de financement.

Mon parcours d’entrepreneuse a d’abord été un parcours intrapreneurial, comme on dit en réalisant des missions de type création de poste, lancement d’offre dans des entreprises et startups de services BtoB.

Avant de créer StartingList, j’ai contribué à la création et au développement d’une startup de logiciel SaaS. Cette expérience de « quasi co-fondatrice » m’a donnée confiance pour réaliser mon rêve de longue date : créer ma propre entreprise de services aux entrepreneurs.

Comment est né ton projet « StartingList » ?

L’idée de StartingList a commencée à germer suite à la rencontre d’une ancienne collègue qui s’installait à son compte et qui avait besoin d’un coup de pouce financier. Elle aurait eu besoin de pouvoir présenter son projet à ses réseaux simplement et collecter 1500 euros, rapidement.

Nous avons cherchés une solution adaptée pour lui permettre de réaliser cette collecte, et aucune ne lui convenait. Notamment, elle ne se voyait pas sur une plateforme de crowdfunding dont elle trouvait les process contraignants. De plus elle ne souhaitait pas afficher son besoin en financement, son projet, à la vue de tous.

J’ai réalisé que nous avions créé des plateformes pour se faire financer par des inconnus, ce qui est très rare pour la grande majorité des projets entrepreneuriaux. Par contre, nous n’avions rien créé pour que les entrepreneurs sollicitent de manière professionnelle, simple et sans risque, le soutien financier de leurs réseaux, ce qui est beaucoup plus efficace pour les entrepreneurs.

J’ai donc créé le service de collecte de love money dédié aux entrepreneurs.

Qu’est ce que le #LoveMoney ?

Love money est le terme utilisé pour parler des levées de fonds que les entrepreneurs réalisent auprès de leur entourage et réseaux. Certains utilisent le terme « argent des 3 C » (copains, cousins et cinglés).

Le Love Money intervient le plus souvent en phase amorçage (avant la création ou pendant les premiers mois d’activités). Ce soutien financier peut être réalisé sous forme de dons, prêts ou investissement au capital.

Pourquoi avoir créé cette solution pour aider les entrepreneurs qui souhaitent réaliser une levée de fonds ?

Parce que 50% des projets de création d’entreprise ne voient jamais le jour et 50% des nouvelles entreprises ne passent pas le cap des 3 ans, essentiellement par manque de fonds. Le LoveMoney est un levier pour combattre cela et ce levier est sous-exploité en France (par rapport aux US par exemple) parce que les français ont des difficultés à parler d’argent avec leur entourage. La solution Campagne de financement en ligne de StartingList offre des outils adaptés et un cadre qui légitime la démarche de sollicitation, la dynamise et la sécurise.

Peux-tu nous donner quelques conseils pour créer une campagne #LoveMoney ?

La première des choses est de bien évaluer si une campagne de love money est la meilleure solution de financement à mobiliser au moment M selon le stade du projet, les investissements à réaliser, les priorités, le temps que l’entrepreneur peut y consacrer, le type de financement qu’il souhaite solliciter (dons, prêt ou souscription au capital).

Le conseil essentiel est de préparer très rigoureusement sa campagne. Avoir une vision claire des prochaines étapes de son projet, être capable de les expliquer et enfin les avoir budgétées sont des prérequis à toutes levées de fonds.

Il s’agit ensuite de marketer tout cela ! La présentation de la fiche de campagne est faite pour cela : mettre en valeur par les textes et les visuels, l’entrepreneur, le projet, le besoin en financement.

Viens enfin le nerf de la guerre : la préparation du plan marketing et communication de la campagne.
J’en conviens tout cela fait appel à de nombreuses compétences. Que les entrepreneurs soient rassurés, nous les accompagnons dans toutes ces étapes.

Une fois que j’ai créé ma campagne que dois-je faire ?

Une fois la campagne lancée, l’entrepreneur suit l’exécution du plan marketing et com prévu. Si tout a bien été préparé, il consacre en moyenne 2 heures par jour à sa campagne. Il doit également rester vigilant sur l’avancée des résultats afin de mener des actions complémentaires en renfort si nécessaire.

On est là dans la partie sympa de la campagne où « l’effort » consiste surtout à échanger avec ceux qui sont intéressés par le projet où pourraient l’être. L’objectif est de donner envie et confiance afin d’obtenir le soutien financier (ou au moins de partage) des membres de ses réseaux.

Que se passe-t-il une fois ma campagne terminée et que je n’ai pas atteint mon objectif ?

Sur StartingList, un entrepreneur qui n’a pas atteint son objectif peut décider soit de conserver le montant qu’il a réussit à mobiliser, soit d’annuler l’opération et donc de rembourser ses soutiens.

Quels sont les avantages pour les entreprises qui utilisent ce type de solution pour obtenir des levées de fonds ?

Les bonnes raisons de faire une campagne de love money ne manquent pas !

On peut citer notamment les 4 points forts dont nos clients parlent immanquablement :

  • La rapidité de l’obtention des fonds : 4 à 6 semaines en moyenne. C’est moins que pour n’importe quel autre financement.
  • La sérénité que procure l’obtention de fonds en phase d’amorçage. Cela permet d’avoir plus de temps pour développer son projet.
  • La crédibilité que les fonds love money donnent au projet. Ca signifie qu’il a du sens et cela n’échappe pas aux partenaires potentiels que l’entrepreneur souhaite convaincre.
  • La campagne est l’occasion d’impliquer ses réseaux dans son projet. Appui financier ou non, ces contacts savent ce que vous faîtes et beaucoup ne rateront pas une opportunité de vous aider à avancer. C’est la puissance d’une communauté active.

Peux tu nous donner 3 conseils pour ceux qui se lancent dans la création d’entreprise ?

  • Ne pas trop écouter les conseils de tout le monde justement. Sans devenir imperméable aux apports des autres, ça me paraît indispensable de suivre son propre instinct, ses propres convictions.
  • Remettre à plus tard ce qui n’est pas vital pour lancer/tester son offre : mettre au plus vite son idée au contact de la réalité des attentes de ses prospects. On voit des tonnes d’entrepreneurs passer des mois à mettre sur pied un produit ou un service dont tout le monde se fout.
  • Trouver plus d’argent que ce que l’on croit nécessaire, sans négliger aucune source de financement. La plupart des entrepreneurs sous-estiment le temps et le montant qu’il leur faudra pour atteindre leurs objectifs. Quelques mois plus tard, alors qu’ils rencontrent des difficultés, ils regrettent mais c’est trop tard : plus personne ne veut les soutenir. C’est dur mais c’est la loi du genre, les gens financent la réussite, le potentiel aussi, mais pas le besoin.

Le mot de la fin …

J’invite tous les porteurs de projets et entrepreneurs à nous parler de leur recherche de financement. Nous leur donnerons des conseils pour solliciter les bons financements au bon moment.

StartingList peut les accompagner pour leur campagne de financement en ligne, on l’a vu, mais également dans :

  • Leurs recherches de financements aidés (subventions, aides…),
  • Leurs recherches de financements bancaires
  • Leur levée de fonds auprès de business angels professionnels
  • Leur levée de fonds love money « off-line »

Aussi, je leur propose de participer au concours GoldStarter dédié aux entrepreneurs en recherche de financement que nous organisons.
Et enfin, dernier mot de la fin , un grand merci à toi pour l’intérêt que tu portes à StartingList.


Suivez l’invité sur la blogosphère :

Floriane Clausier
son site Internet : nous parler de leur recherche de financement
son Facebook : https://www.facebook.com/startinglist/
son Twitter : https://twitter.com/startinglist
son LinkedIn : https://www.linkedin.com/company/startinglist
son Google plus : https://plus.google.com/u/0/+Startinglist/posts


Rendez-vous vendredi prochain pour la prochaine émission en directe sur Internet.
Pour assister au direct sur internet dans le public de l’émission, inscrivez-vous ici : http://eepurl.com/b4fwXX


Subscribe to

Les casse-croûtes de Cédric

Or subscribe with your favorite app by using the address below

Cédric Debacq

Cédric Debacq Styliste d'entreprise et fondateur des casse-croûtes de Cédric. On se retrouve tous les vendredi à midi le temps d'un casse-croûte pour apprendre à entreprendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *